Loading...

Violée pendant des mois, elle accouche d’un enfant mort-né, la suite est un cauchemar encore pire

Le Salvador est l’un des pays dans le monde où la loi sur l’avortement est la plus restrictive. 

Le pays d’Amérique centrale interdit l’avortement dans tous les cas de figures, même si il s’agit d’une grossesse dangereuse ou d’un viol. C’est l’un des cinq pays dans le monde où ce genre de loi est encore en application.

Le Salvador connait néanmoins le plus fort taux de grossesse chez les adolescentes. La loi très stricte pousse les femmes à avorter de manière clandestine, parfois au péril de leur vie.

Une affaire d’avortement a récemment attiré l’attention de la presse internationale. Le journal anglais The Guardian a rapporté le cas d’une jeune salvadorienne de 19 ans qui a été condamnée à 30 ans de prison pour la mort de son enfant.

La lycéenne a expliqué ne pas savoir qu’elle était enceinte jusqu’à l’accouchement. La naissance de son enfant a eu lieu dans ses toilettes et la jeune fille a jeté le foetus dans la cuvette.

Elle aurait été violée pendant de longs mois par un membre de gang.

La jeune fille a ensuite été arrêtée par la police qui a trouvé le foetus. La mère de la lycéenne est soupçonné de complicité.

La jeune femme a été condamnée à 30 ans de prison. Son avocat a dénoncé une décision “injuste et illégitime” et va faire appel.

L’Assemblée salvadorienne cherche actuellement à assouplir la loi sur l’avortement. Le projet de loi visant à assouplir la législation n’a pas encore vu le jour pour l’instant.

Il pourrait permettre de légaliser l’avortement en cas de danger pour la femme et l’enfant ou dans le cas d’un viol.

Loading...

Comments

comments